(*)

J'écoute et je ne vois pas. Je regarde et je ne sens pas.

Je suis ni pour, ni contre. Je suis toujours entre. Pas par choix mais par obligation. Mon néant n'est qu'un trou noir. Ma maison ne possède que des fenêtres. Elle se refroidit par l'exterieur. J'ai toujours froid.

 

Coq’art

L’art du coq - ou « Coq’art » - consiste à une exploration de la vie basée sur des recherches ouvertes qui forment une démarche composée d’une série d'œuvres.

 

 

Rats de laboratoire

 

Pour eux l’art est une science. Ils veulent tout étudier, expliquer. Ils s’enferment dans leur cage. En rats de laboratoire, ils se regardent, ils se copient pour se vendre comme des animaux de foire. Ils sont fiers d’en être. Ils le proclament au dehors à qui veut bien l’entendre. Même le jour de leur libération, ils continueront de répéter cette litanie de l’esclavage, de déclarer leur amour aux expérimentations dénuées de sens. Le cirque doit continuer et les acrobates insignifiants s’enorgueillissent de s’autoproclamer Artiste.

 

 

Photocopieuse

 

Toutes les choses sont cohérentes. Il y a des liens partout, surtout dans l’art. Il faut donc les chercher ou du moins les présenter. A l’origine de tout est le hasard. Il définit le style, autrement dit la cohérence. Une fois ce style trouvé, il peut être appliqué. On allume la photocopieuse. Il suffit de faire plusieurs dizaines de copies, autrement dit « une série », en utilisant bien la marque définie préalablement par le hasard. Sous la forme d’une œuvre monolithique va alors s’épanouir le talent de l’Artiste. Il ne reste plus qu’à bien présenter la démarche.

 

 

Formularisation (Intellectualisation)

 

Premièrement, il faut éliminer tout le hasard qui a défini le travail. Pour ce faire, il suffit de remplacer ce mot par le terme « recherches ». Cela ajoutera du poids à notre présentation. Deuxièmement, il est absolument indispensable de trouver une approche expliquant la technique au plus proche. Aucun trait ne doit rester sans explication, il faut que le spectateur sache que « Tout était prévu et calculé par l’Artiste». Le principal est bien de démontrer la profondeur du travail, laquelle doit révéler les pensées philosophiques limitées à un sujet précis dit « problématique » ; sinon, diable, le travail va paraître flou.

 

 

Le «Coq’art » consiste ainsi à des expérimentations, basées sur le hasard, qui forment une formularisation composée de copies.

* Vous trouvez ici des pensés arrachées de mon inconscient